La caravane passe … Nahomi Del Aguila en Résidence au camping du Plan d’eau à Rieux-Volvestre

2 web
6 web
3 web
4 web
10 web
12 maquettes atelier rapido web
11 web
13 maquette et dessin web
14 soirée 1 web
14 soirée 2 web
14 soirée 3 web
previous arrow
next arrow
Lors de ces 4 résidences, 4 artistes sont invitées à peindre 4 caravanes mythiques Rapido Confort qui vont être transformées en œuvres nomades et habitables.
Le camping du Plan d’eau à Rieux-Volvestre accueille pour la 1ère année une artiste en résidence pendant une semaine.

L’artiste invitée est  Nahomi Del Aguila.

Mercredi 27 juillet :
15h : Atelier jeunes, enfants, familles.
Samedi 30 juillet :
19h30 : Restitution, présentation de la caravane peinte, apéritif offert, exposition des productions des ateliers.

Restauration et buvette sur place.
20h30 : Concert de Frederika, co-programmation Maison de la Terre/PAHLM.

Bienvenue au camping du Plan d’eau toute la semaine !

« Mon travail s’organise autour de la symbolique du serpent, l’expérience du temps et le fleuve. Étant franco-péruvienne, j’habite un espace en constant dialogue et négociation entre mes deux cultures.
Ainsi, je traduis visuellement la transformation de mon identité et la quête d’une voix propre. L’iconographie des textiles préhispaniques péruviens a été le premier outil artistique qui m’a permis de m’exprimer sur mes origines. Ma pratique s’enracine à la relation que j’entretiens avec l’Amazonie et ses récits ainsi qu’à d’autres mythes d’origines.
Au commencement, c’est par l’utilisation de la répétition d’un motif, démarche associée à l’art préhispanique péruvien, que j’ancre
mon travail dans une exploration picturale. C’est ensuite, lorsque je lie un tissage de la culture Chancay au dessin d’un serpent issu d’un livre d’histoire naturelle, que j’initie un travail autour de l’écaille et de la peau de serpent pour expérimenter couleurs et motifs.
Les peaux de serpent que j’ai réalisées se sont déployé sur différents supports, formats et espaces. Le serpent s’invite autant sur des grandes surfaces de murs que sur des espaces d’affichage en extérieurs. La symbolique qu’englobe cet animal a pris force en se connectant à l’idée de transformation par l’image de la mue. Ce qui m’a permis d’aborder les questions de transformation et de mutation identitaire qui sont au centre de ma recherche en tant qu’artiste et individu. »
Nahomi Del Aguila
2022

« Un mythe d’origine raconte comment le serpent a creusé la terre pour créer le fleuve Amazone. Dans sa mythologie la Loire est égale-
ment associée au serpent par l’image de la Vouivre. Associés a des symboliques universelles et des croyances locales, ces fleuves ont été les témoins d’évènements historiques communs déterminant la transformation de leurs écosystèmes. Ils montrent le chemin de la rencontre entre différents territoires et leurs histoires.
Je découvre aussi le fleuve comme guide pour me montrer la route vers mes ancêtres. Le fleuve est mémoire et parole.
C’est lors de moments partagés en discutant, cuisinant, en travaillant la terre ou brodant avec ma famille péruvienne originaire de la forêt, que d’autres expériences au temps ont émergé. Ces gestes précis accompagnés de récits se sont présentés comme résistance face aux cadences imposées par un monde mécanisé. Comptabiliser le temps et la durée par le biais de la broderie, imaginer le textile comme un témoignage physique du temps passé surgit alors. C’est ainsi que la pratique de la broderie dans mon travail, plus qu’une quête technique, est devenue une performance pour réfléchir aux gestes du corps et réhabiliter l’expérience de son temps. Broderie et conversation deviennent indissociables au partage de la mémoire.
Mes projets cherchent à mettre en évidence les gestes qui parlent du temps, différentes chronologies, la mémoire, le fleuve et les
processus de transformation. Je veux mettre en dialogue plusieurs voix et manières de voir-expérimenter le monde selon différents territoires. Pour cela, je fais recours à des éléments symboliques présents dans les imaginaires collectifs mais qui me permettent d’exprimer et de montrer la peau singulière qui me caractérise. »